top of page

Responsabilité

Les brasseurs belges sont conscients des importantes responsabilités sociétales qu’entraîne la commercialisation de leurs produits. C’est pourquoi, en tant que producteurs responsables, ils plaident activement pour une consommation modérée et veulent lutter contre des modes de consommation inconvenants. Plusieurs initiatives montrent comment la fédération "Brasseurs Belges" assume sa responsabilité sociale dans la lutte contre diverses formes d’abus et comment elle remplit de la sorte un rôle de pionnier parmi les producteurs de boissons alcoolisées.

Groupe Arnoldus & la Convention

Le Groupe Arnoldus a été créé en 1992 à l’initiative des Brasseurs Belges et a pour objet :

  • de promouvoir une consommation responsable de la bière ;

  • de contribuer à la prévention de tout abus d’alcool ;

  • de diffuser des informations relatives à une consommation intelligente de la bière ;

  • de favoriser le dialogue et la collaboration avec toutes les instances impliquées tant au niveau régional, national qu’international ;

  • d’effectuer des recherches susceptibles de contribuer à la formation et à l’information des consommateurs ;

  • d’élaborer un code relatif à l’ensemble des activités promotionnelles de vente

  • de contrôler l'application de ce code.

"Les règles autodisciplinaires pour la publicité pour la bière"​

 

Les règles autodisciplinaires pour la publicité pour la bière que les brasseurs belges ont décrétées depuis 1992 et qui sont reprises dans le ‘Code de conduite et de publicité du Groupe Arnoldus’, sont à présent en vigueur pour les autres boissons alcoolisées.

Les Brasseurs Belges, la Fédération des Vins et Spiritueux, Comeos et toutes les fédérations HoReCa ont signé, le 25 janvier 2013, conjointement avec la Ministre de la Santé Publique et les associations de consommateurs CRIOC et Test-Achats, la Convention en matière de publicité et de commercialisation des boissons contenant de l’alcool.

La Convention entre en vigueur le 25 avril 2013. La forme et le champ d’application de cette Convention sont uniques en leur genre et présentent des mesures plus performantes qu’un cadre légal classique. Une autodiscipline, qu’il convient de respecter et qui sanctionne, a été mise sur pied de commun accord avec les autorités. Celle-ci protège efficacement tous les consommateurs et en particulier, les jeunes.

La Convention est la preuve évidente que toutes les associations professionnelles concernées du secteur brassicole et des boissons alcoolisées assument leur responsabilité sociale.

CONVENTION EN MATIERE DE PUBLICITE ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS CONTENANT DE L’ALCOOL

BOB

En 1995, la fédération ’Brasseurs Belges’ a participé à la création de la campagne BOB, une action de sensibilisation menée par l’Institut VIAS (ex-IBSR, Institut belge pour la Sécurité Routière). Depuis, les Brasseurs Belges sont partenaires et n’apportent pas seulement un appui financier mais prennent aussi activement part sur le terrain par la distribution de matériel de promotion dans le secteur horeca.

Le principe est connu : BOB s’engage à ne pas boire d’alcool lors de la sortie afin de pouvoir ramener ses ami(e)s en toute sécurité à la maison. La combinaison de l’aspect social (on sort tous, on rentre tous) et de l’approche positive de celui qui ne boit pas, est importante.

Au fil des ans, le concept de BOB est devenu une véritable institution. Il a même été repris dans le dictionnaire. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, BOB n’est pas une abréviation spécifique mais simplement un nom.

La campagne BOB s’adresse à tous, jeunes et moins jeunes. Elle a donné d’excellents résultats. Année après année, nous constatons une baisse progressive de l’abus d’alcool au volant, tant durant le week-end que durant la semaine. Elle porte non seulement tous ses effets en Belgique mais aussi aux Pays-Bas et dans 16 autres pays qui ont tous repris le même concept.

 

L’appui de la campagne BOB cadre parfaitement avec le souhait du secteur de stimuler une consommation réfléchie de la bière et de combattre les excès dangereux.

16 ans déjà ? Fais-nous voir ça ! (Campagne)

Les brasseurs belges sont convaincus que les jeunes de moins de 16 ans ne doivent pas boire de l’alcool. Le corps des moins de 16 ans est en pleine croissance. Pour des raisons physiques, les moins de 16 ans ne connaissent pas leurs limites. C’est pourquoi, nous avons lancé la campagne "16 ans déjà ? Fais-nous voir ça !". Il s’agit d’une actualisation de la précédente campagne du secteur : Respect16.

Prendre l’initiative de prouver leur âge devrait être une évidence pour les jeunes clients. D’où la campagne "16 ans déjà ? Fais-nous voir ça !". Il doit être normal que de jeunes clients montrent leur carte d’identité quand ils commandent de la bière. Avec le slogan "16 ans déjà ? Fais-nous voir ça !", nous incitons les jeunes clients à toujours avoir leur carte d’identité à portée de main. Nous facilitons ainsi la tâche des exploitants horeca lorsqu’ils doivent la demander.

La campagne s’adresse avant tout au secteur HoReCa (le 16 correspond à l’âge légal pour la vente de bière) , mais constitue également un moyen auxiliaire pratique pour quiconque pouvant être confronté à la demande d’alcool par des jeunes de moins de 16 ans.

De récents sondages démontrent que les adultes ne connaissent pas l’âge légal minimum en ce qui concerne la vente de bière dans l’horeca. Il est donc essentiel que tout le monde soit sensibilisé, pas seulement par rapport à la limite d’âge mais aussi par rapport à l’importance de son respect et – plus crucial encore – vis-à-vis du pourquoi du chiffre ‘16’ comme âge minimum pour la consommation de bière. Un comportement ouvert et proactif aura mille fois plus d’effet que des mesures répressives.

Pourquoi "16 ans déjà ? Fais-nous voir ça !" ?

  • Respect pour la loi : L’alcool est une substance légalement disponible, mais il existe un certain nombre de lois qui régissent sa vente et sa consommation en Belgique. Il est illégal de servir des boissons alcoolisées de quelque type que ce soit à des jeunes de moins de 16 ans dans des cafés, hôtels ou restaurants. Depuis 2010, une interdiction de vente de bière à des jeunes de moins de 16 ans est également d’application dans le commerce de détail.

  • Respect pour les jeunes : Chacun sait que la plupart des jeunes veulent faire des expériences et tester leurs limites, parfois sous l’influence de leur entourage. La consommation de bière en fait souvent partie. Le corps et le cerveau des moins de 16 ans sont en pleine croissance. Pour des raisons physiques, les moins de 16 ans n’ont pas conscience de leurs limites.

16 ans .png
bottom of page