top of page
BeerWeekend2015-224.jpg

Rapport annuel 2022

Alors que les brasseurs belges pensaient pouvoir oublier les années difficiles dues au COVID-19, ils ont à nouveau été confrontés à un environnement commercial difficile l’an dernier. L’inflation, la crise du pouvoir d’achat et le manque de personnel se sont clairement traduits dans les chiffres de 2023. La consommation totale de bière a baissé de 5,8 % et les exportations, de 7,5 %. Si 23 nouvelles brasseries ont ouvert leurs portes, 36 ont été contraintes de fermer. Ainsi, la Belgique comptait 417 brasseries à la fin de l’année, contre 430 en 2022. Les brasseurs soulignent donc l’importance d’une politique gouvernementale réfléchie pour soutenir le secteur et la culture de la bière belge.

Contrats d’approvisionnement en boissons - Code de conduite

Après plusieurs mois de concertation, le ‘Code de conduite pour de bonnes relations entre les brasseurs, les négociants en boissons et le secteur horeca’ a été signé le 21 décembre 2015 en présence des Ministres Peeters et Borsus. Ce Code doit conduire à un partenariat renforcé entre les Brasseurs Belges, la FeBeD et les fédérations HoReCa, en vue de finalement contribuer à la professionnalisation du secteur horeca.

Les principaux points de ce Code de conduite concernent entre autres :

  • une formation basée sur la pratique pour les cafetiers ;

  • pour pouvoir démarrer son activité sur de bonnes bases, l’exploitant doit disposer d’informations suffisantes, avant de procéder à la signature d’un contrat d’approvisionnement en boissons. À cet effet, il recevra à l’avance les informations pertinentes et essentielles relatives à son activité, afin de pouvoir signer en connaissance de cause ;

  • le contenu des contrats visera toujours un équilibre entre les parties contractantes. Des accords clairs seront conclus par rapport aux clauses définies/reprises (en matière de quantités à acheter, d’exclusivité, d’accès, de droits et obligations de toutes les parties contractantes) . Ces accords entre les parties contractantes seront évalués annuellement.

Afin de veiller à l’application du Code de conduite, une Commission de conciliation a été constituée, dans laquelle tous les secteurs concernés sont représentés. Toutes les décisions de cette Commission doivent être prises à l’unanimité.

En concertation avec le Ministre de l’Economie et le Ministre des Classes Moyennes, une évaluation de l’application de ce Code aura lieu tous les 3 ans.

Toutes les parties ont montré leur bonne volonté et le texte final est le résultat d’une large concertation, au cours de laquelle toutes les parties concernées ont fait certaines concessions afin de rendre un accord possible.

bottom of page