top of page
Rechercher

L'avis du Conseil Supérieur de la Santé menace de porter atteinte à la culture de la bière belge




Le nouvel avis du Conseil Supérieur de la Santé (CSS), qui intervient à peine deux semaines après l'approbation par le Parlement d'une série de mesures visant à mettre en œuvre le Plan Alcool interfédéral, semble vouloir freiner toute forme de consommation d'alcool. Les brasseurs belges prennent leur responsabilité dans la lutte contre l'abus d'alcool. Récemment, un nouveau message éducatif a ainsi été introduit dans les publicités pour l'alcool : "L'abus d'alcool nuit à la santé", un message qui est conforme aux conseils formulés par le CSS en 2018. Les nouvelles recommandations sont drastiques et mettent sérieusement en danger la culture de la bière belge, reconnue par l'UNESCO. Les brasseurs belges appellent les décideurs politiques à considérer et examiner les recommandations dans le contexte sociétal plus large.


Ces derniers mois, plusieurs initiatives politiques ayant un impact sur l'industrie brassicole ont vu le jour. Aujourd'hui, l'avis du Conseil Supérieur de la Santé, d'une portée considérable, vient s'y ajouter. Si les brasseurs belges soutiennent la lutte contre l'abus d'alcool, le CSS se concentre désormais sur la réduction de la consommation de chaque goutte d'alcool.


L'interdiction totale de la publicité néglige complètement la diversité unique de la bière belge


Les brasseurs belges ont tiré la sonnette d'alarme à la lecture de l'avis visant à interdire totalement la publicité pour l'alcool. Une telle mesure entrainerait des conséquences importantes pour l'industrie. Si le nom de la marque, le logo et toute autre image qui l'accompagne ne peuvent plus être utilisés, les brasseurs belges perdront le fondement même de la culture unique de la bière en Belgique, c’est-à-dire la variété et la diversité extrêmement riches des bières belges. Ces éléments risquent d'être complètement compromis si les recommandations venaient à être effectivement appliquées.


Avertissement sanitaire récemment mis à jour conformément à l'avis du CSS de 2018


Les recommandations drastiques en matière d'étiquetage et de prix soulèvent également de sérieuses questions pour les brasseurs belges.

 

En collaboration avec le Jury d'Éthique Publicitaire (JEP), Vinum Et Spiritus et d'autres parties prenantes, les brasseurs belges viennent tout récemment de réviser le message éducatif obligatoire dans le cadre de publicités sur l'alcool. Désormais, toute publicité portera le message "L'abus d'alcool nuit à la santé", ce qui est conforme à l'avis publié par le CSS en 2018. Par conséquent, les brasseurs ne comprennent pas pourquoi le CSS révise maintenant son avis et s'interrogent également sur la faisabilité d'un système de rotation où différents messages d'avertissement seraient utilisés.

 

Soutenant l'appel à une meilleure information des consommateurs, les brasseurs belges se sont déjà engagés en 2019 à afficher, de leur propre initiative, la liste des ingrédients et la valeur énergétique sur les étiquettes de toutes les bières dont la teneur en alcool dépasse 1,2 % en volume. Afin de préserver la position concurrentielle des brasseurs belges, en particulier des petits et moyens acteurs, le principe du marché unique de l'Union européenne doit être respecté. Chaque pays ne peut pas prendre ses propres initiatives.

 

En Belgique, le prix de la bière a déjà augmenté de plus de 10 % au cours de l'année écoulée, en raison notamment d'une succession de crises et de l'inflation des coûts. La demande d'augmentation des accises et d'un prix minimum pour les boissons alcoolisées entraînera à nouveau une hausse significative du prix pour les consommateurs.


Manque d’acceptation sociale


Cela fait à peine un an que le Plan Alcool interfédéral pour la période 2023-2025 a été approuvé et seulement deux semaines qu'un projet de loi le mettant en œuvre a été voté au parlement fédéral. Et maintenant, un nouvel avis, contenant des recommandations drastiques qui sortent du cadre de ce qui a été validé politiquement jusqu'à présent, voit le jour. Les brasseurs ont à peine récupéré de la pandémie et de la crise énergétique que de nouvelles restrictions sont déjà proposées. La pression sur l'industrie est de plus en plus forte. Le débat sur l'alcool ne semble plus être balancé, ce qui comporte des risques.


« Nous devons nous efforcer de trouver un équilibre qui permette aux gens de déguster une bière, tout en limitant la consommation excessive et irresponsable d'alcool », a déclaré Krishan Maudgal, directeur de l'asbl Brasseurs Belges. « Les nouvelles recommandations du CSS ne tiennent pas compte du manque de soutien que nous constatons dans la société pour des mesures drastiques où les consommateurs et les entrepreneurs doivent payer pour l'abus d'alcool d'une petite minorité. De plus, cela met en danger notre culture de la bière reconnue. Nous demandons donc aux décideurs politiques de mettre les recommandations à l'épreuve de l’acceptation sociale. »

68 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page