top of page
Rechercher

Malgré de nouveaux défis, la consommation de bière belge est revenue à son niveau d’avant la crise

Dernière mise à jour : 12 oct. 2023

Une nouvelle année, de nouveaux défis. Le rapport annuel 2022 montre que les brasseurs belges font preuve de résilience et ont un grand sens de l’innovation. Avec 6,9 millions d’hectolitres, la consommation de bière belge a (presque) atteint son niveau d’avant la pandémie de COVID-19, malgré l’impact considérable de la guerre russo-ukrainienne. En dépit de ces préoccupations, les brasseurs ont relativement bien résisté à l’inflation galopante, aux pénuries de la chaîne d’approvisionnement et à la perte de deux marchés importants. En outre, dans ce contexte difficile, ils ont également trouvé une marge de manœuvre pour innover davantage. En 2022, 32 nouvelles brasseries ont ouvert en Belgique tandis qu’une dizaine ont malheureusement fermé leurs portes. Par ailleurs, les exemples de solutions innovantes pour répondre aux grands enjeux sociaux actuels sont nombreux. La combinaison de la tradition et de l’innovation permettent aux brasseurs belges de relever les défis du futur.



La consommation de bière à son niveau d’avant la crise sanitaire ...

Après deux années difficiles, la consommation de bière belge est (presque) revenue à son niveau d’avant la crise du coronavirus, conformément à l’objectif fixé par les brasseurs belges lors de la présentation de leur rapport annuel 2021. En 2022, 6,9 millions d’hectolitres de bière ont été consommés. La différence de 130.000 hectolitres par rapport à 2019 (lorsque la barre des 7,1 millions d’hectolitres a été atteinte) est négligeable au vu du déclin structurel des 30 dernières années. Il est intéressant de noter que le secteur horeca est un peu plus lent à retrouver son niveau de 2019 (40,8 % de la consommation totale de bière en 2022; -5,8 % vis-à-vis de 2019), alors que les ventes dans le commerce de détail dépassent ce niveau (59,2 % de la consommation en 2022; +1,0 % vis-à-vis de 2019).


En ce qui concerne les exportations, la baisse de l’année dernière se poursuit (-5,5 % vis-à-vis de 2021). Au sein de l’Union européenne, le volume d’exportation de bières belges augmente encore (+3,0 % vis-à-vis 2021), tandis que celui en dehors de l’UE diminue fortement (-31,3 % vis-à-vis 2021). Ce recul s’explique en partie par le choix de certains brasseurs de se concentrer sur une production locale plus durable. Néanmoins, la bière belge, dont 70,3 % part à l’étranger, reste un produit d’exportation important qui est apprécié aux quatre coins du monde


... malgré de nouveaux défis

Cependant, les brasseurs belges, comme beaucoup d’autres secteurs, n’ont pas eu une année facile. Après la réouverture de l’horeca et la suppression progressive des mesures de lutte contre le COVID-19, les brasseurs pensaient pouvoir pousser un soupir de soulagement, mais l’invasion de l’Ukraine par la Russie y a mis un terme. La guerre a entraîné une série de nouveaux défis, notamment la perte de deux marchés clés, des pénuries dans la chaîne d’approvisionnement et, surtout, une inflation galopante.


Le maintien des volumes de vente et des marges reste également un défi : la hausse des coûts des matières premières, de l’énergie et de la main-d’œuvre ne peut pas toujours être répercutée. Les nouvelles initiatives réglementaires en matière d’étiquetage et d’emballage, que ce soit au niveau régional, fédéral ou européen, créent également une incertitude supplémentaire.


L’innovation, fondée sur la tradition, en réponse aux questions sociétales modernes

Dans ce contexte difficile, les brasseurs belges ont continué à innover au cours de l’année écoulée. 32 nouvelles brasseries ont ouvert en 2022, tandis qu’une dizaine ont fermé leurs portes, portant à 430 le nombre total de brasseries en Belgique à la fin de l’an dernier (contre 408 en 2021). Ensemble, elles commercialisent plus de 1.600 marques de bières différentes et ce chiffre continue de croître.


« Les brasseurs belges s’appuient sur la riche tradition de notre culture de la bière, mais ils n’ont pas peur d’innover », explique Krishan Maudgal, Directeur de l’asbl Brasseurs Belges. « Génération après génération, les brasseurs ont affiné leurs recettes pour répondre aux attentes des amateurs de bière d’aujourd’hui, en quête de caractère et d’histoire, ainsi qu’aux questions complexes auxquelles notre société et notre planète sont confrontées. »


C’est pourquoi de nombreux brasseurs investissent dans des solutions et technologies innovantes pour lutter contre le changement climatique. Citons, par exemple, le passage à l’orge de brasserie biologique ou cultivée localement, ainsi que l’utilisation d’emballages réutilisables ou recyclables et des installations plus durables pour réduire la consommation d’eau et d’énergie.


Par ailleurs, les brasseurs belges poursuivent leurs efforts pour répondre aux défis en termes de santé et, plus particulièrement, à la problématique de l’abus d’alcool. L’offre de bières sans alcool ou pauvres en alcool continue d’augmenter et la campagne de sensibilisation BOB a donné d’excellents résultats, avec seulement 1,8 % de contrôles positifs sur près de 430.000 conducteurs.


Les brasseurs ont également suivi de près l’évolution du plan interfédéral sur l’alcool. « L’abus d’alcool va à l’encontre de ce que la bière belge représente : la qualité, la passion et le savoir-faire. Nous pensons donc qu’une politique intégrée en matière d’alcool est une bonne chose », déclare Krishan Maudgal, « mais un certain nombre de points d’attention subsistent si nous voulons garantir la continuité des activités de nos brasseurs et préserver notre culture unique de la bière. Nous devons nous efforcer de créer un climat entrepreneurial sain et une situation dans laquelle les consommateurs, sur base d’informations correctes et d’une évaluation appropriée des risques pour la santé, peuvent faire leur propre choix en connaissance de cause en ce qui concerne leur consommation de bière. Les brasseurs belges sont toujours prêts à apporter leur contribution et à participer au débat, afin que la lutte contre l’abus d’alcool puisse se poursuivre de manière durable et efficace. »


« Nous sommes confiants en l’avenir », conclut Krishan Maudgal. « La culture de la bière en Belgique est fondée sur la tradition, mais elle se caractérise en même temps par un énorme appétit de créativité, d’innovation et de renouveau. Nos brasseurs restent attachés à ces deux piliers pour relever les défis du futur. »

95 vues0 commentaire

Comments


bottom of page